Raluca Joandrea

La soprano roumaine donne de la voix à Chambois

François BOSCHER.

Chanteuse lyrique professionnelle en Roumanie, Raluca Joandrea a rejoint son mari à Argentan. Pour travailler sa voix, la soprano s’entraîne notamment avec la chorale de Chambois.

Portrait

C’est un parcours aux trajectoires improbables, qui débute en 1983 dans la Roumanie des Ceaucescu. « Comme je chantais toute la journée, mes parents m’ont inscrit à l’école de musique dès mes cinq ans », sourit Raluca Joandra. Elle suit un cursus dans une école artistique : cours traditionnels le matin et de musique l’après-midi, dans sa ville natale de Iasi, troisième ville du pays (300 000 habitants), à 40 km de la frontière russe.

A 18 ans, elle intègre le conservatoire supérieur de musique où elle décroche une licence de piano.« Parallèlement j’ai commencé à l’opéra : d’abord au piano, pour faire répéter les solistes, puis je suis entrée dans le choeur en tant qu’artiste lyrique. » Sa voix de soprano apprécie les oeuvres de Mozart (Les Noces de Figaro, Cosi fan tutte, Don Giovanni…) mais aussi les opérettes de Johann Strauss (La Chauve-Souris) ou de Franz Lehár (La Veuve joyeuse).

L’exil choisi

Son master en chant vocal en poche, elle effectue quelques tournées avec l’opéra national de Iasi (Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Autriche, Norvège), « toujours avec le choeur, raconte-t-elle.Car si j’ai parfois interprété des rôles de soliste, je n’en avais pas le statut, car il n’y avait pas de poste ouvert. » Lucian, son mari, a beau être radiologue, leurs deux salaires (300 € pour lui, 250 € pour elle) sont à peine suffisant pour vivre décemment. « En Roumanie, on est heureux quand on a de la famille à la campagne pour vous faire parvenir un poulet ou des légumes. Ce qui n’était pas notre cas. » Le jeune couple cherche alors à s’expatrier. La France lui parait une destination envisageable, et comme les compétences de Lucian lui permettent de postuler à un poste à l’hôpital d’Argentan, et après avoir suivi quelques mois de cours de français, les deux jeunes Roumains arrivent en Normandie au mois d’avril dernier.

Quatre heures par jour

Depuis, Raluca a suivi les cours de français à la Maison des mots et se débrouille parfaitement dans notre langue. Chaque jour, elle travaille également sa voix, « sinon le niveau de performances baisse, comme pour un sportif ». Quatre heures quotidiennes de vocalise, d’exercices de gymnastique pour la respiration, et la répétition des airs d’opéra. « Bien sûr, cela fait du bruit, et mon chat part toujours se cacher dans une autre pièce », sourit-elle, précisant également que dans la mesure du possible, elle s’entraîne « quand nos voisins de notre appartement sont partis travailler ».

En France, elle a également trouvé avec qui chanter, des personnes avec qui partager sa passion, son métier. Depuis la rentrée, elle a intégré les rangs de la chorale amateur de Chambois, « le Choeur du donjon ». Et depuis le mois dernier, elle chante également avec la Schola de l’Orne. Sans oublier ses cours de technique vocale à Caen, sous la direction de Pierre Mervant, professeur du Conservatoire national supérieur de Paris.

Deux concerts figurent à son agenda 2013 : le 27 avril à Coudehard (près d’Argentan) avec un baryton cambodgien et un pianiste croate, et le 12 mai à Caen, avec les élèves de Pierre Mervant.

Contact. raluca.joandrea@gmail.com

 

Related Posts